La Porteuse de Vie (première partie)

Un peu de miel peut sauver des vies. Ses bienfaits, ses valeurs nutritives, ses mystères... Tout est bon dans la ruche! Suivez Louise, apicultrice camerounaise, à travers ses combats.

La Porteuse de Vie (première partie)

20/11/2016

  • Arthur Grossman

  • Portraits d'apiculteurs

Paroles d'éric Tourneret

Propos recueillis parArthur Grossmann

PARTAGER SUR

Le jour se lève sur Maroua. Des commerçants ouvrent leurs boutiques. Potiers et tailleurs se saluent à travers les rues encore désertes. Louise sort de chez elle et se dirige vers son pick-up garé dans le quartier des tanneurs. Il y règne une odeur de cuir et de chair croupissant dans l’eau. La fraîcheur de la nuit est rentrée dans la terre, laissant place à un vent sec venu des plaines arides qui bordent la ville.

            Louise est apicultrice. Au delà des champs de gingembre qui s’étendent à perte de vue, dans un oasis de verdure, elle sait que son rucher l’attend. Quelques ruches, une trentaine, entre de petits arbres touffus aux feuilles rondes, s’éveillent ensemble. Dans cette région désertique et pauvre du nord du Cameroun, meurtrie par la menace de Boko Haram et dominée par la culture intensive du gingembre, le travail de Louise est un acte de résistance.

            Pour la majorité des apiculteurs camerounais, le miel n’est qu’une source de revenu et rien ne saurait réduire ces gains. Ainsi voit on le miel gardé dans des greniers bouillants, enfermé dans des bouteilles en plastique, des bidons vidés de leur huile… des conditions déplorables qui font du miel propre et pur un produit rare et cher. Pour Louise, le miel est bien plus que cela.

            Ancienne pharmacienne, elle se passionne d’abord pour les vertus ignorées du miel. Antiseptique, adoucissant, vitalisant, favorable au sommeil, à l’effort, à l’imagination, le miel a des secrets dont on ne connaît qu’une infime partie. Les ruches de Louise se trouvent au milieu d’un champ de Moringa, un arbre dont le fruit, la feuille, l’écorce, la gousse, sont reconnus pour leurs nombreux bienfaits. Surnommé « L’arbre du miracle », le Moringa est le végétal le plus nutritif connu de l’homme. Pour Louise, un miel produit à partir de son pollen pourrait servir de complément alimentaire puissant dans les hôpitaux de la région, et combattre la famine plus efficacement que le riz en plastique envoyé par le gouvernement chinois.

            « Et pourquoi crois tu que le miel est bon pour la santé ? » Me demande t-elle sans attendre de meilleure réponse que la sienne : « parce que l’abeille est comme le sang de la nature, elle se promène à travers les champs, les forêts, elle prélève dans l’arbre et la fleur, et compose une unité. C’est sur ses épaules que repose la pérennité et l’identité de notre environnement. Et nous n’aurons des humains bien portants que dans un environnement bien portant ». On constate que la reine des abeilles n’était qu’une larve comme les autres avant d’être nourrie à la gelée royale. Louise en conclue que le rôle, l’aspect, la santé d’un individu, découlent directement de son environnement, de son alimentation. « Choisissez ! Soyez responsable de votre alimentation ! Vous avez le pouvoir de refuser l’invasion de votre territoire par l’agriculture intensive ! Vous trouvez normal que des enfants développent le cancer, qui est un pourrissement ? Qu’une pomme puisse être du poison ? Que des abeilles produisent du miel, dans des ruchers industriels, sans jamais voir la couleur d’une fleur ? La jeunesse doit sortir de l’ignorance, et apprendre à se battre pour se nourrir de produits sains, et préserver son capital santé. » 

            Pour cela, une chaîne de télévision verra le jour à l’initiative de Louise. Elle retransmettra, à travers toute l’Afrique, des informations préventives pour la santé de chacun.  

découvrez notre miel

Si notre article vous a plu, venez découvrir nos miels extraordinaires et leur histoire. 

découvrir nos miels